1515992_326072837576472_1261759930_n

J’aurais pu chronologiquement vous parler d’abord de Glasgow, mais je crois que je préfère garder ces quelques jours pour moi. Je me contenterais de dire que ce fut trois jours absolument fous, trois jours de fête et trois jours où la pluie tombait à torrent ! Nous sommes donc arrivées sur Edinburgh le lundi matin (épuisées – 10h de sommeil au compteur en trois nuits-, et encore habitées par l’ambiance folle de Glasgow).

Clairement, je ne saurais être objective à propos de cette ville dont je suis littéralement tombée amoureuse. Un goût de San Franscico à l’anglaise, peut être. Des parcs partout, et de nombreux panoramas dans ces rues qui montent et qui descendent. La mer et la montagne dans un même endroit, que vous voulez vous d’autre ?

                                               10802567_547209202077369_436975210_n

10787843_301809813338430_306776428_n

Le lundi, après avoir déposé nos affaires à l’auberge de jeunesse nous avons filé déjeuner – affamées que nous étions – au Purple Pig café que nous avions vu en remontant vers notre point de chute. Ambiance cosy, et produits frais bio. J’y ai mangé un bagel et le meilleur coleslaw –ever-. Ma partner in crime a opté pour un Ploughman’s sandwich, qui avait l’air très bon (bien que très enrhumée elle n’aie pas senti grand chose!) Une très bonne adresse. Le très gentil patron nous a même dirigées vers notre échappée belle de l’après-midi : LA PLAGE !

10723676_1524962221079370_1904633642_n

 

10723951_794786863893205_90169662_nPortobello, donc. Immense étendue de sable et une architecture balnéaire absolument  sublime que l’on a pu admirer avec un début de coucher de soleil. Parce

que oui, nous avons eu du beau temps à Edinburgh ! Si l’on oublie le froid, je crois que nous aurions pu établir le camp face à la mer. Mais la nuit tombe très vite en hiver et avec elle, le froid. (A partir de 16h, la luminosité baisse fortement pour entrer dans la nuit vers 17h, tôt donc…) La plage s’étend sur plusieurs kilomètres et laisse apercevoir les roches volcaniques écossaises au loin. Il y a d’ailleurs là, une piscine à l’architecture victorienne dans laquelle je rêvais d’entrer. Une prochaine fois, donc. Après une balade nocturne dans la ville nous sommes rentrées nous reposer et manger du garlic bread au calme – et au chaud – ! Je ne vous cacherais qu’après trois jours de fête, malgré la fatigue, j’étais tout de même un peu triste de me retrouver à regarder The Great British Bake Off en pyjama sans Frosty’s et sans copains. Berangère ayant rendu les armes et s’étant endormie à 21h sur son roman.

10005414_560998594001594_106740553_n10735072_1487956491464752_1702481600_n

 

10729281_1516725588573883_1694944794_n

Après une nuit reposante, nous voilà reparties sur une pluie diluvienne (mais qui, dieu merci, ne durera pas longtemps). Nous avons donc attaquée les collections de la National Gallery of Scotland. (Et là, je me rends compte que : J’AI RATÉ LA PARTIE MODERNE.) Après avoir absorbée la demie tonne d’œuvres qui s’offrait à nous, nous avons marché jusqu’à la Clarinda’s tearoom conseillée par la jolie Camille. Et nous sommes ensuite repartie vers la Portrait Gallery. Nous l’avons faite un peu au pas de course. Quelques œuvres intéressantes mais bien moins que la National, et je crois que nous commencions également à fatiguer après tant de tableaux dans la même journée. De plus, nous y sommes arrivées un petit peu après 16h et les musées écossais ferment à 17h… Enfin, nous avons fait un détour chez Paperchase sur le chemin du retour (sur lequel nous nous sommes d’ailleurs perdues, merci le GPS de l’iphone qui nous a sauvées !). Avant de faire un tour au pub avec nos nouveaux copains néo-zélandais et italiens, nous avons décidé de gouter un des plats locaux le « scottish egg », à défaut d’ingurgiter du haggis. Parce qu’il était absolument hors de question de manger ça. Pas mauvais, dirons nous. Après avoir confirmé mon dégout le plus total pour le whisky et siroté le plus mauvais mojito de toute la terre, direction la couette. Cette petite balade nocturne, bien que fraiche, nous a fait découvrir un autre coin de la ville très agréable et notamment l’université d’Edinburgh.

Grand soleil sur le matin du troisième jour. Après avoir emballées soigneusement toutes nos affaires (tout tassé en vrac jusqu’à ce que la valise ferme) et négocié un dépôt des bagages jusqu’au soir alors que nous n’avions plus de lit, nous sommes retournées au Purple Pig pour un petit déjeuner so british où j’ai rapidement converti Bérangère au Porridge. Avec cette météo radieuse nous avons poussé jusqu’à Arthur’s seat et Holyrood. L’heure de randonnée aura achevée mes bottines préférées, mais ça valait le coup. Nous ne sommes pas allée jusqu’au bout de la balade (3 heures de montée, je pense), mais – insérez ici le jurons nécessaire -. C’était merveilleux. J’aurais pu mourir là haut ! La ville, la campagne, la montagne, la mer. Tout. En un seul endroit. Je ne saurais vous décrire le sentiment une fois là-haut. Après la descente nous voulions aller voir l’Holyrood Abbey – juste en face – mais à 16 pounds l’entrée, nous avons fait demi tour…  Un chai latte (soja) à la main pour nous réchauffer, nous avons déambulé dans la ville pendant plusieurs heures. Un vrai coucher de soleil d’hiver sur le château et les parcs. (Château que nous n’avons pas non plus visité car 16 pounds l’entrée garantissait l’explosion du budget !) Après un diner pas terrible dans un pub miteux, nous avons repris le chemin de l’auberge pour aller chercher nos valises. L’adorable directeur nous a d’ailleurs permis de regarder Braveheart sous une couverture (et avec des grosses chaussettes) avant de prendre un bus à minuit pour l’aéroport. – Autrement dit, avant ce que nous avons rebaptisé la nuit de l’enfer ! –

10788031_830824490300951_799447690_n10729450_363268490517313_930673089_n

Revenons rapidement là-dessus. Sachez qu’il ne faut PAS prendre le bus 35 pour vous rendre à l’aéroport. Il existe plusieurs lignes, dont la 22 et le tram, qui vous y emmènent directement. Nous voilà donc dans ce bus, à plus de minuit. Et tout à coup, au beau milieu de nul part, en dehors de la ville. Le bus s’arrête et le chauffeur nous met dehors. Terminus. Tout le monde descend. Bien. Pas de panique, on va trouver une solution. Mais forcément, on a pas un sous en poche puisqu’on avait des tickets journée, et donc logiquement pas besoin de repayer. On croise un employé de la Lothian (compagnie de transport de la ville) qui nous indique un arrêt de bus de nuit qui va à l’aéroport à environ une demie heure de marche. Une fois à l’arrêt de bus, il faut encore attendre une demie heure avant que celui-ci n’arrive. Bérangère, shampoing sec à la main – sait-on jamais-, est prête à attaquer. Rien ne se passe. Et lorsque le bus arrive, le charmant chauffeur ne veut pas de nous car nos tickets ne sont plus valables après minuit. Bah ouais. « Mais vous pouvez marcher par là, c’est environ 8 miles. ». Il est alors une heure et demie du matin, notre avion décolle à 6h45. Tout va bien, nous allons marcher. Oui. Mais non. Je craque, je décide de faire du stop. Deuxième voiture. C’est la bonne, une dame nous dépose directement devant l’entrée de l’aéroport et nous laisse même avec des petits gâteaux. Un deuxième round de chai latte plus tard, me voilà affalée sur le sol de l’aéroport avec quinze couches de pull – dont un sweat Harry Potter- à essayer de dormir un peu. (L’élégance, c’est surfait, vous savez)

Je vous laisse, je file sous mon plaid regarder Dowtown Abbey (pour rester dans le thème)…

10724767_1495447897407109_81007754_n

 

Quelques liens, quand même :

Le purple pig café :

12 Leven Street

Edinburgh, United Kingdom

(ouvert de 9h à 17h)

https://www.facebook.com/pages/The-Purple-Pig-Cafe/308193735943885

Clarinda’s tearoom :

69 Canongate

Edinburgh, United Kingdom

(ouvert de 8h30 à 16h45)

https://www.facebook.com/pages/Clarindas-Tearoom/347583355374371?fref=ts

Les musées : https://www.nationalgalleries.org/visit/introduction/

L’auberge de jeunesse : http://www.lighthousehostel.co.uk/cheap-places-to-stay-in-edinburgh.html

Quelques précisions à propos de celle-ci. Peu chère, elle est EXTREMEMENT propre. On pourrait manger sur le sol ! Une odeur d’huiles essentielles flotte en permanence. Le salon, la cuisine et les chambres sont très confortables. Les salles de bain sont relativement spacieuses et praticables. De plus, la cuisine est totalement équipée (elle a même un mixeur il me semble). L’acceuil y est très très agréable. Le gros point plus étant qu’il faut laisser ses chaussures à l’entrée et les échanger contre des chaussons. Cela dit, ce n’est PAS une auberge pour faire la fête. A minuit, silence complet et les parties communes sont fermées. Je pense que c’est important à préciser car l’auberge peut être pour certains synonyme de grosses soirées agitées (comme à Glasgow).

Le transport : pour vous déplacer à l’intérieur de la ville il y a un service de bus et tram mais je ne reviendrais pas là dessus. Par contre, pour le transfert Glasgow-Edinburgh nous avons testé les megabus. Je vous recommande vivement ce service. Nous en avons eu pour 5 pounds (environ 6 euros je crois), pour une grosse heure de trajet. Le même temps que le train qui était à 12 pounds. Et en bonus, vous avez le wifi gratuit dans le car. Sachez que le groupe propose de nombreux trajets très peu cher dans toute l’Europe.

http://freu.megabus.com/

0