J’ai 22 ans. Et ce matin je me réveille dans une France où je n’ai plus l’impression d’avoir ma place. Ce sentiment croissant qui me gagne depuis quelques mois est au bord de l’implosion aujourd’hui. Après hier. Après la folie ; après l’escalade. Mais, ce n’est que la « goute » d’eau qui fait déborder le vase. Je me réveille ce matin dans un pays, et à vrai dire dans un Monde, sur une Terre qui est un peu trop pour moi. Un trop de violence, qu’elle soit ordinaire et quotidienne ou qu’elle résonne comme un coup de poing sur une table. Je me réveille ce matin, sur cette Terre où le conflit règne en maître et je me demande si je serai un jour capable de faire entre entrer dans le monde des enfants. Si j’ai envie d’élever des enfants, de les éduquer à combattre. Parce que oui, aujourd’hui plus que tous les autres jours, j’ai le sentiment que la vie est une lutte incessante contre les autres et contre soi-même. Et ce matin, je suis fatiguée de me battre sans cesse. Il y a cette question qui tourne en boucle dans ma tête ; quelles sont les promesses que nous offre l’avenir ?

0