Ouistreham, jeudi 6 août / Portsmouth, vendredi 7 août

Alors est venu le grand départ. Celui qui jusque là semblait complètement iréel l’est desormais devenu. Il est désormais 5h45 du matin. Je regarde depuis mon siège le soleil se lever sur la mer depuis de longues minutes déjà. La terre se rapproche de plus en plus. D’ici quelques minutes, il me faudra rassembler dans mon sac les quelques affaires sorties pour la nuit. Il y avait si longtemps que je n’avais pas traversé la Manche que j’avais oublié cette sensation de froid transpercant à travers la nuit. 

Dans quelques heures, je serai à Londres. Puis à Manchester chez C., une amie d’une autre C. J’y passerai alors deux nuits. Moins froides et plus longues que celle-ci je l’espère. Il me faut donc encore parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant d’arriver à la première de mes étapes. 
Portsmouth, 7h45 / Manchester, 19h40

Après avoir passé probablement l’une des plus longues journée possible dans des cars froids et exigus, j’ai une seule chose en tête : « la prochaine fois, je trouverai un autre moyen ». Mais c’est avec plaisir que je suis allée diner  dans le centre ville avec C. et D., avant de rentrer nous affaler. 

Ce matin, je me réveille dans leur salon lumineux au bow-window donnant sur un joli jardin. Amen. 

0