Aaaaah, Edinburgh. Je suis donc arrivée dimanche après-midi dans cette ville que j’aime tant et si je devais repartir mercredi… je ne suis partie que vendredi midi. Je ne sais pas si je peux vous conseiller le Caledonian’s backpacker qui malgré un emplacement idéal et des rencontres parfaites a une propreté plus que douteuse, un staff qui laisse à désirer et une cuisine immonde. Je reste encore partagée ! Cela dit, j’ai découvert ce que c’était de dormir dans un dortoir de trente-huit personnes et finalement, il n’y a rien de mieux. En effet, plus y a de lits, plus y a de place, et plus il y a d’intimité. Et c’etait vraiment une bonne chose. 

Edinburgh, ce fut le Fringe (un festival international d’art de la scène) jour et nuit, un passage au musée d’art contemporain, un tour à Portobello beach, une après midi entière de randonnée sur Arthur’s seat, les rues en long et en large, le festival international de littérature, la visite de l’école des beaux arts en douce, et surtout surtout des rencontres formidables qui m’ont complètement fait oublier mes plans de visite dans cette ville que j’avais déjà eu la chance de découvrir. 

0