DSCF8140

Demain, c’est déjà février et ce mois-ci commencera avec une valise et un avion direction la Suède ! Mais en attendant, en janvier, j’ai eu l’occasion de me plonger dans trois livres : deux romans et un ouvrage « scientifique » (dans ce genre là).

Une histoire vraie – Delphine de Vigan (chez J.-C. Lattès, 484 pages)

Le dernier roman de Delphine de Vigan, prix Goncourt des lycéens est l’un des romans de Noël et mon premier livre de 2016 ! J’ai lu beaucoup de ses livres (tous il me semble), et j’ai franchement beaucoup aimé No et Moi et surtout Rien ne s’oppose à la nuit, mais je dois admettre que celui-ci m’a un peu déçue.

L’histoire ? C’est l’auteur qui nous raconte l’après publication de son précédent roman, un ouvrage très personnel. Elle évoque la difficulté de se remettre à écrire et à la limite entre réalité et fiction elle raconte sa rencontre avec L. Une rencontre qui va tout bouleverser. L., c’est une « nègre », elle écrit pour des gens célèbres. Puis, L. c’est aussi celle qui transforme l’histoire thriller psychologique. Et même si le dénouement m’est apparu clair avant que celui-ci n’arrive réellement, je suis restée légèrement sur ma faim. Je ne sais pas c’est le réel ou la fiction qui va trop loin. Même si la tension est bien réelle dès la moitié du roman, même si accroche, même si on veut savoir la fin ; et puis, surtout, même si on veut comprendre, l’histoire traîne un peu et connait de légères répétitions…  Je reste partagée entre une boule au ventre et ce sentiment que ça ne tient pas debout. Pour moi, il y a du bon et moins bon. Je ne dirais pas que j’ai détesté mais je n’ai pas adoré non plus.

Park Avenue – Christina Alger (chez Albin Michel)

J’ai choisi ce livre il y a un peu plus d’un an lors d’une virée chez Emmaüs (mon fournisseur officiel de livres pas chers !) en pensant que ce serait une lecture légère pour les soirées fatiguées. Pendant longtemps, il est resté dans ma pile à lire, d’autres envies, d’autres priorités. Après avoir lu le De Vigan, je me suis dit qu’un peu de lecture repos ne serait pas désagréable ! SAUF que, visiblement, en choisissant, je me suis mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude : ce roman est TOUT sauf leger ! Pour faire court, c’est le récit d’une famille new-yorkaise dont l’entreprise est touchée par la crise.

J’ai failli décrocher de nombreuses fois, mais je voulais tout de même venir à bout des quatre cent et quelques pages. Il est difficile de situer les personnages même lorsque l’on est à plus de la moitié du roman car les chapitres font tourner les points de vue. La construction est un peu complexe, les personnalités pas assez développées, il n’y a pas de fond à l’histoire. Bref, très honnêtement, j’ai été très déçue !

DSCF8152

Le charme discret de l’intestin – Guilia Enders (chez Actes Sud)

Lorsque j’ai vu ce livre sur les étagères des librairies, j’ai tout de suite été attirée et coup de chance on me l’a prêté ! « Surpoids, dépression, diabète, maladies de peau… et si tout se jouait dans l’intestin ? », voilà comment commence le texte de présentation de la quatrième de couverture ; et si toutes les réponses aux nombreux « pourquoi » du quotidien étaient entre ces pages ?

La réponse c’est oui et non. Cet ouvrage à portée scientifique destiné au grand public explique de manière plus ou moins détaillées les tenants et les aboutissants de ce qu’il se passe dans notre ventre, les textes sont simples, les exemples parfaitement accessibles et en plus c’est drôle ! Au fil des pages, Guilia Enders répond plus ou moins aux grandes questions que l’on se pose quant à nos intestins, elle n’edulcore pas et n’hesite pas à dire « les choses que l’on ne doit pas dire ». Toutes les réponses ne sont pas dans l’ouvrage et c’est évident, il s’agit de généralités et non pas de cas par cas, ce qui explique que de nombreuses questions subsistes. Je recommande vivement ce livre pour les plus curieux d’entre nous !

Et maintenant, je m’attaque à un pavé qui traine depuis mille ans dans ma pile à lire, la biographie d’Yves Saint-Laurent par Laurence Benaïm !

0