Ici l’autre coté de la Terre, exactement. Je suis dans un bus qui m’emmène d’Auckland jusque Paihia, quatre heures en direction du Nord. Bienvenue en Nouvelle-Zélande. 20 000 kilomètres de mon nid perché au troisième étage.  Ici, la pureté de la lumière. Ici, le soleil et ma peau qui commence à dorer. C’est mon vingtième jour de voyage. D’ailleurs, en parlant de jour, il y a quatre jours je fêtais, au bout du monde donc, mes vingt-quatre ans. Un cidre pomme-grenade à la main et de l’agneau sur le barbecue. Et même, même une part de cheesecake fruit de la passion offert par Sue, la patronne de l’auberge. Et d’ailleurs, quelle auberge. Depuis le balcon, on voyait la mer. Une route à traverser avant d’enfoncer ses pieds dans le sable.   Ici, donc. La lumière. Les grands espaces. Le soleil d’automne. Les kilomètres en bus à regarder les paysages défiler. Avoir l’impression souvent, très souvent que la réalité ici se déroule dans un film. Partout le bleu de la mer. Partout le bleu des lacs. Partout, le bleu. Et puis aussi, surtout, le vert des colines, le vert des arbres. Partout, les palmiers. Partout la forêt. Partout les volcans. Partout, respirer l’immensité.  img_3184-1 Puis aussi, vivre dans le futur. Puis aussi rencontrer ces gens formidables un peu partout. Voyager desormais et pour quelque temps avec M. Rire. Puis manger des  glaces au bord de la mer. Oh, oui, la mer.

     
  

0