img_5189img_5388img_5251

Et puis, un mois après être revenue du bout du monde, une nouvelle évasion. C’est en avion, à nouveau, que propulsée dans les airs j’ai rejoins l’Afrique. Le Maroc, plus précisément. Le soleil, le ciel bleu bleu bleu. Les palmiers et les eucalyptus. L’odeur des oranges pressées, du cuir, des épices et du thé a la menthe.

La chaleur de l’été. Le chant des oiseaux dans le patio du Ryad. La terrasse avec la vue sur les toits. Boire un thé et manger une omelette sous les orangers du café La Noria. Écouter le chant du Muezzin. Manger des keftas assise sur de grandes banquettes. L’odeur de la menthe pour cacher l’odeur du cuir. Déambuler en sandales et retrouver ma peau dorée. S’endormir derrière les grandes portes de bois. Dans les rues étroites de la Médina, les échoppes, les ânes qui descendent cahin-caha les rues tortueuses, les bananes accrochées sur les murs, les pâtisseries, les sacs d’épices, les dates et les roses d’Iran. Le long des murs, les énormes cageots d’abricots et les montagne de pastèques. 

Sur le chemin de l’aéroport, au lever du soleil, voir le jour se lever sur les montagnes du Moyen-Atlas. Et le ciel rose orangé qui laisse deviner les contours de la vielle ville. Puis, rentrer.

img_5190img_5188

0