dscf4059

Hello Octobre !

Alors voilà, c’est la rentrée et si j’ai étiré ma dernière semaine de vacances début septembre avec une to-do list géante de trucs à faire avant de me lancer dans une nouvelle vie, il fallait bien y retourner. D’ailleurs, j’ai déjà complètement perdu mon bronzage grec. Cela étant dit, dire bonjour à l’automne c’est saluer les dimanches après-midi en pyjama avec un thé et un plaid (c’est d’ailleurs du fond de mon canapé, une tasse de thé à la main que je vous écris)t donc l’occasion de bouquiner au chaud. Voici donc quelques-unes des mes lectures d’été qui pourront peut-être vous inspirer.

  • Douglas Kennedy, Cet instant-là (Pocket)

1540-1Pour faire court, c’est l’histoire d’un auteur américain légèrement dépressif qui en pleine procédure de divorce se retrouve projeté dans son passé. Un passé qui nous mène dans le Berlin de la guerre froide.

C’est LA surprise de mes vacances. J’ai depuis longtemps boudé l’auteur pensant que ce serait du commercial bas de gamme, puis à l’occasion d’une bourse au livre, Cet instant-là m’a été donné. C’est depuis mon transat, sur la plage, face à la mer, que j’ai littéralement englouti le roman en une grosse journée. Je l’ai trouvé facile à lire, entrainant, on sent que les recherches historiques ont été approfondis et l’ambiance est réellement présente.

  • Elena Ferrante, L’amie prodigieuse (Folio)

51zsxeyi2l-_sx195_Il semblerait que ce soit LE coup de cœur de l’été pour un grand nombre ; tellement qu’il était en rupture et a été réimprimé dans l’été. L’amie prodigieuse, c’est donc le premier tome d’une histoire à l’italienne. Le roman nous propulse dans les quartiers pauvres de Naples à la fin des années cinquante, dans l’Italie en plein boom économique. Ici, la narratrice raconte son enfance, et son adolescence, ses peines, ses coups de coeur, l’école puis le lycée et surtout son amitié complexe avec Lila. Une lecture agréable, parfois dure, mais que je recommande fortement. D’ailleurs, mon exemplaire est déjà parti directement entre d’autres mains.

  • Laura Kashike, Les Revenants (Le Livre de Poche)

413cxqsmlql-_sl500_aa300_Lorsque j’ai trouvé le roman dans la pile à lire de mamie courant août,  je me suis dit « pourquoi pas ? » et je suis allée m’installer dans le hamac. Autant dire que j’ai passé l’intégralité de mon weekend collée au roman. J’ai été littéralement aspiré par les mots de Laura Kasischke, ils sont fluides, les phrases entrainantes. A mon souvenir, aucunes longueurs dans ce roman, les personnages sont attachants, l’émotion est là. Un énorme coup de coeur, en bref.

Rapidement donc, l’histoire. Nicole, une étudiante brillante périt dans un accident de voiture en compagnie Craig, son petit ami. Ce dernier, survivant, est évidemment tenu responsable de sa mort. Hanté, il continue d’apercevoir celle-ci partout. Le mystère plane, des faits de plus en plus troublants se produisent, et bientôt on comprendra enfin la vérité.

  • Alexander McCall Smith, Les chroniques d’Edimbourg (10/18)

9782264059352Les chroniques d’Edimbourg c’est trois romans mis à la suite pour créer un pavé absolument… Imbuvable ! Plus de mille pages pour … rien. Cela ne va nul part, c’est franchement mal construit. Concrètement, nous suivons plusieurs personnages (répartis dans des chapitres dédiés) dont les destins se croisent au fil des chapitres. Une mère névrosée, une jeune femme qui découvre la vie, un jeune homme un peu trop narcissique qui se casse les dents, une anthropologue qui part à l’aventure… Il est très difficile de s’attacher à eux, d’entrer dans leur monde. On a beau attendre qu’il se passe ENFIN quelque chose ; rien ne vient.

Et puis, il y a aussi mon énoooorme coup de coeur Les disparus de l’hiver de Christelle Dabos dont je viens de dévorer (en trois jours) le deuxième tome mais j’y consacrerai un article parce que c’est TROP TOP !

0