Mille ans sans écrire ici. Encore une fois. Et pourtant, je finis toujours pas revenir. Parce que s’éloigner du virtuel pour le réel. Pour être plus dans le moment. Parce que que je suis un peu là bas aussi. Parce que j’étais trop occupée à vivre pour prendre le temps de raconter. Et pourtant, je n’ai pas envie de laisser tomber ce petit morceau d’internet qui m’appartient depuis 2014. 6 ans déjà. 

C’est d’ailleurs marrant de constater à quel point ce passage à une nouvelle décennie a poussé beaucoup d’entre nous à faire un point sur les 10 dernières années. 10 ans, putain. Ça parait long comme ça, mais c’est passé tellement vite. 

Dans l’ordre ou presque. Les 18 ans. Le bac. Le permis de conduire raté 4 fois. Puis le papier rose dans ma poche. La rupture avec mon premier amour. L’entrée à la fac. L’histoire de l’art. Les cours dans les amphis. Les rencontres qui changent la vie pour toujours. Les rencontres qu’on oublie très vite. Les flirts. Les histoires d’amour. Les romans lus. Les livres d’art lu par camion. Les journées à la BU. Les films vus au cinéma. Le premier job étudiant. La licence avec mention. Le deuxième job étudiant. Vivre rue du Limousin. Le master et son mémoire qui donne envie de tout plaquer. La collection de livres pour enfants. Partir en Ecosse. Les journées, les après-midi, les soirées, les week-ends avec elles. La mention encore. Tout plaquer. Partir faire un tour d’Europe. Prendre des billets pour le bout du monde, atterrir à Melbourne. Les copines pour toujours. Découvrir le web. Entrer à MDS. Les nouveaux copains. Et les anciens. Les soirées. L’alternance. L’appartement rue de l’Alma. Mon amour qui s’assoit à coté de moi le premier jour. Le premier CDI, le deuxième. Et puis 2019. 2019 qui mériterait bien son propre bilan. 

2 0 1 9

Je ressors de cette année avec non pas un mais deux tatouages. Marquée à vif, littéralement. C’était certainement l’une des années les plus fortes de ma vie. Un PACS, une démission, une création d’entreprise, ma vie dans un sac à dos de 12 kilos. Les copains toujours. L’appartement au 7ème étage. Le retournement de situation. Partir encore une fois pour le bout du monde. 

J’avais commencé l’année en me fixant un objectif un peu inconscient, un mantra :  « MAKE IT COUNT ». Si on m’avait dit que je finirais l’année entre 2 avions, que mon passage en 2020 se ferait littéralement dans les airs, je n’y aurai sans doute pas cru non plus. Je ne peux m’empêcher de penser que si ce changement d’année est un présage de ce qui m’attend, 2020 sera grandiose.

15 avions plus tard, le 1er janvier, je commence l’année à Auckland. 

2 0 2 0 – BRING IT ON !

Lire un autre article ?

0